Manger BIO n'est pas une mode

Tout le monde le sait, l’environnement devient le premier problème de l’humanité. Or il se trouve que l’agriculture biologique respecte justement la vie, l’environnement, et produit des aliments aux qualités nutritionnelles établies. Le paysan qui la pratique recherche des équilibres pour assurer ses récoltes, il ne va pas utiliser de produits de synthèse ou des pesticides. Et cela retentit sur la qualité des eaux, la fertilité des sols, la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles.

Manger bio, c’est manger plus sainement. C’est un facteur de santé et d’équilibre nutritionnel. Nos aliments nous apportent régulièrement des vitamines et des oligoéléments indispensables au bon fonctionnement de l’organisme, mais aussi des antioxydants qui ont un effet positif sur la prévention des cancers, des fibres qui améliorent la digestion et donc l’assimilation des nutriments par l’organisme. Chaque aliment nous apporte une part d’énergie et de substances protectrices. Or, pour être en bonne santé, il faut un bon rapport entre l’énergie et les nutriments. L’alimentation industrielle apporte, elle, plus de calories que de nutriments, en particulier trop de sel, de sucres, de matières grasses et pas assez de glucides lents et de fibres.

Manger bio, c’est manger mieux et manger meilleur. C’est déguster des aliments plus savoureux. Les aliments cultivés en plein champ, contrairement à ceux qui sont cultivés en serre, hors sol, grandissent avec le soleil et puisent leur nutriments et l’eau dans la terre. Ils contiennent ainsi plus de vitamines, de minéraux et d’antioxydants. Les légumes et les fruits sont récoltés plus mûrs.

Manger bio, c’est réapprendre l’existence d’aliments, de farines, de légumes oubliés.

Manger bio, c’est consommer moins de pesticides, c’est manger sans OGM, c’est réduire les risques sanitaires, c’est une garantie pour la santé, avec une diminution des risques de cancer et de troubles de la reproduction.

Manger bio, c’est prendre soin de la nature. C’est bon pour l’environnement, car les engrais chimiques et les pesticides tuent les sols et la biodiversité. C’est prendre soin de la nature, c’est favoriser le développement rural. L’agriculture bio protège la qualité de la terre et limite l’érosion car elle a moins besoin d’eau d’irrigation.

Manger bio, à la réflexion, ça n’est pas vraiment plus cher. Bien sûr, cette agriculture demande plus de temps, de main d’œuvre, ses rendements sont plus faibles, ses prix sont plus élevés, mais, en contre partie, les coûts environnementaux (pollution, traitement des eaux, transport, incidence sur la santé) ne sont pas négligeables.

Manger bio, c’est accepter que l’alimentation de qualité reste une priorité. C’est rééquilibrer les repas en céréales, en légumineuses, en légumes verts. C’est choisir des produits de saison et diminuer la quantité de viande. Aux produits transformés on préférera le riz complet plus nourrissant, le pain bio qui se garde plus longtemps.

Manger bio, c’est une façon de voir le monde. En privilégiant les petits agriculteurs on favorise ces personnes qui se préoccupent de la qualité, de l’environnement, de la santé. C’est un engagement pour la planète. La protéger, c’est aussi se protéger.

 

Retour au sommaire des actualités